Jump to content
sabkhIII

Manga, Comics ou BD ?

Recommended Posts

Bonjour, Bonsoir ou Bonne nuit ^^

 

Il y a une question que je me pose depuis un bon moment : c'est quoi la différence entre un Comics, une BD franco-belge et un Manga ? Bien entendu je sais qu'il y a une différence culturelle entre ces trois plateforme mais artistiquement (la forme) et moralement (le fond) qu'est ce qui les différencie ?

 

Donc voilà pourquoi j'ai créée ce sujet, pour avoir votre avis, même si je doute que ce soit le bon topic ^^'

 

Aussi quelle forme préférez vous et pourquoi ? Et si vous avez des Comics ou des BD franco-belge intéressant(e)s à proposer aussi ce serait sympa ^^

Edited by sabkhIII

Share this post


Link to post
Share on other sites

En fait, la seule différence, c'est la provenance.

Par exemple, les BD américaines sont appelées " comics " et les BD japonaises sont nommées " manga ".

Le terme "BD" permet de globaliser les histoires à dessin et bulles.

Si tu cherches de bons comics, je te conseille la série " Fables ", qui est véritablement géniale.

J'espère que mon message t'aura aidé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui je le savais déjà ^^ mais je me disais qu'il y avait des différences de formes ce qui nous ferait lire l'histoire d'une manière différente. Je veux dire que par exemple si je prends un comics hyper méga mondialement connus tel que "The killing Jokes", est ce qu'il aurait eu le même impact que si il était sorti sur manga ou bd franco-belge ? Est ce que "Dragon Ball" aurait eu le même impact si il était sorti en comics ?

 En gros je me demandais si la forme d'une oeuvre impact sur son fond.

"Fables" ça me dit quelque chose ^^ il me semble que c'est une série en 5 tomes à peu prés non ? En tout cas les couverture était stylé mais le prix m'avait un peu refroidi à l'époque. J'irais m'acheter les tomes comme même. Merci :D !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir Bonsoir ! (Ça fait il me semble plusieurs années que je n'ai posté sur ce forum mais il semblerait que mon destin m'y est reconduit, aussi je salue tous les anciens membres que je croisais sur ces pages :) )

 

Sabkh3, comme te l'a souligné Sorikuxas il n'existe en effet aucune différence fondamentale entre BDfranco-belge, manga et comics. 

Il s'agit bien évidemment pour ces 3 cas de bande-dessinée!

 

Si en premier lieu la provenance peut et semblerait être l'élément discriminant permettant d'établir si tu as affaire à un manga ou à un comics. Il me semble néanmoins qu'elle soit également tout à fait lacunaire. 

Et ce n'est pas la vague de projets "manfras" (les mangas créé par des Français: dieu sait que je hais ce terme que je trouve profondément idiot et injustifié) proliférant à l'ère d'Internet et des conventions qui viendrons me contredire. D'ailleurs ce terme de "manfras" laisse également sous-entendre que l'élément discriminant serait bien la provenance et qu'un manga non issue d'un japonais ne pourrai s'acquérir d'un tel titre. 

Pourtant lorsque le ou les auteurs cherche(nt) à faire du manga, qu'ils en récupère tous les codes, syntaxes, vocabulaire, méthodes et héritage : est-ce alors justifié de lui priver de cette appellation sous prétexte qu'ils ne viennent pas de la bonne partie du globe ?

Comme tu l'auras sûrement deviné je pense pour ma part que ça ne devrait pas être le cas x)

 

D'ailleurs je me questionne sur l'émergence de tels termes. Le manfra ne serait-il pas un terme plus marketing que artistique ? Ne servirait-il pas à délimiter un nouveau marché pour les consommateurs, pour leur faire comprendre qu'il ne s'agit pas d'un simple manga: qu'attention c'est un manga français et qu'il y a donc (ou pas) une valeur ajouté à l'achat de ce produit !?

Cela permettrai ainsi l'émergence d'auteur bien français qui se distinguerait ainsi du marché du manga classique qui est aujourd'hui en France  (il nous faut bien le reconnaître) complètement saturé. 

Bon là je me base sur du vent... Ce sont juste mes observations personnelles et je suis curieux de connaître votre opinion sur le sujet.

 

Bref au delà de la provenance il y a surtout des écoles bien distinctes: des méthodes et des techniques qui varient et des forts héritages artistiques qui leurs sont propre. Ce sont des œuvres ne répondant pas au même format et au même mode de consommation. Chacun a des impératifs bien différent permettant de relever des différences plus ou moins nettes justifiant la distinction entre ces différentes formes de bandes dessinées. 

Ainsi tu dois probablement déjà savoir par exemple que la plupart des mangas que tu lis sont prépublié dans des magazines hebdomadaire ou mensuel japonais. Cela force les auteurs à avoir une productivité affolante qui nous ferait pâlir nous, petits français avec nos 35 heures. Et cette impératif de quantité de production ( bien moins présent dans la bande dessinée américaine et française) a un grand impact dans l'allure finale des œuvres. On comprend alors mieux pourquoi les mangakas ont besoin d'assistants pour boucler à temps leurs chapitres, pourquoi les œuvres sont rarement coloriées: because they just don't have the time. Et c'est en cela que c'est si difficile pour un non japonais de faire manga : car les conditions et les contraintes de productions sont extrêmement spécifiques. Tous ces éléments font aboutir des differences ou au contraire des ressemblances parmi les œuvres qu'on peut alors catégoriser comme comics ou manga.

 

Mais si catégoriser les bandes dessinées est alors justifiée, les éléments discriminant en sont cependant arbitraire. Et comme tout élément arbitraire, on peut tout à fait les remettre en cause comme je ai fait avec la celui de la provenance.

Ces critères ne reposent que sur des éléments fondé et définit alors qu'une œuvre est tout sauf fondé et définit: elle est obscure, variable et insondable. Au final, la ranger dans des cases  est plus facile à dire qu'à faire :D

 

Dans un deuxième temps pour te répondre il me paraît en effet complètement évident que Dragon Ball n'aura pas eu du tout le même impact si ça avait été un comics. Chaque œuvre ne l'est que dans un contexte bien précis. Changer la forme : c'est en changer le contexte et donc l'oeuvre toute entière.

Ce sont justement les contraintes et les opportunités liées aux moyens de diffusion japonais qui ont fait de dragon Ball l'oeuvre qu'elle est aujourd'hui. Lorsque la continuité d'une oeuvre ne dépend qu'en grande partie de la popularité qu'il possède dans un magazine et que l'oeuvre peut être stoppé de diffusion à tout moment si cette popularité n'est plus. On comprend alors mieux pourquoi de nombreuses œuvres japonaises fonctionnent sous la forme d'Arc scénaristique plus ou moins indépendant les uns des autres, permettant ainsi de conclure rapidement en quelques chapitres l'arc s'il ne plait pas ou encore le manga si les éditeurs n'en veulent plus et qu'il ne fonctionne plus du tout. Dragon Ball est alors construit autour d'un enchaînement d'arcs représenté par les ennemis : Vegeta puis Freezer, puis Cell et enfin Boo.

Dragon ball n'aurai sûrement pas du tout été la même oeuvre (même avec un concept initial identique) tant son mode de production a influencé sa forme comme son fond 

Et c'est pareil pour the Killing Joke qui sous son apsect oneshot correspond à des impératifs qui lui sont propres :)

 

Bref ça été long et fastidieux à écrire tout ça mais j'espère avoir pu répondre à ton questionnement.

À bientôt !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Donc si je comprends bien, la différence s'articulerait autour de la culture (provenance + mobilisation autour de l’œuvre) de chaque produit et qu'il est crée et remodelé en fonction des attentes de chacun. Peut être que je me prends la tête pour rien finalement je pensais vraiment que la forme pouvait influencer le fond mais de manière artistique x)

 

Ah et si je peux me permettre de donner mon avis sur le sujet du "manfra" (dégueulasse ...) , je pense que oui c'est complètement une question de marketing. Déjà je trouve ce terme de manfra glauque et inutile ensuite je ne vois pas de différence énorme avec les mangas traditionnel japonais ( si ce n'est le fond et les messages ou les codes dans certains manga français qui nous sont plus proches à nous lecteurs français). Après c'est vrai que cela permettrai à certains auteurs de sortir du lot. Et puis ce n'est pas une si mauvaise chose, ça prouve que le système commence à s'adapter au marché du manga japonais petit à petit. Par contre j'avoue que je me questionne sur les destinataires de ce plan marketing : est ce destiné au amateur de manga lambda ou à des personnes qui n'en n'ont pratiquement jamais lu mais comme c'est fait français cela devient digne d’intérêt ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

×