Jump to content

Recommended Posts

Guest

Excusez moi mais quand j'ai lu le nom du topic j'ai bien ris, pourtant cela n'est pas marrant je le sais, mais faut dire que je m'attendais à voir un tel topic.

Le suicide bah qui ni a jamais pensée une fois? Vouloir que tout s'arrêter, finit la merde et tout, non je suis pas suicidaire ou disons je ne le suis plus. Je le hurle encore des fois et j'en est honte faut dire ^^", mais c'est souvent passagère et je hurle ça plus pour que on se soucit de moi, mais je compte pas sauter.

Le suicide c'est aussi un moyen se faire remarquer beaucoup gens hurlent qu'ils vont le faire juste pour que on leur dit "NOOON Fais pas ça", bref ils le disent pour que on s'intéresse à eux... (comme moi des fois *siffle*). Les vrai suicidaires sont les personnes qui restent muet et qui cacha qui vont mal, et puis du jour au lendemain il passe a la l'acte et après on voit que la personne allait mal (je connais quelqu'un comme ça et qui mort à cause du suicide ._.).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je rafraîchis le topic!

.... Par ou je commence?

J'ai tenté de me suicider la veille de mes 13 ans! *sors*

*reviens*

Bon aller, je dis ça comme ça, c'est étrange non? Pour commencé, je vais expliquer mon acte passé:

Donc, j'ai sauté une classe, ( parce qu'à 8 ans, j'avais une réflexion et une façon de parler d'adulte bien mature, un QI qui serait de 133...) et me suis retrouvée avec des personnes, qui se sont montrées toutes antipathique avec moi, agressives même, on me traitait de tous les nom, et on me reprochait de faire mon intéressante ( sachant que je passais mes récrés à mire et que je ne parlais pas énormément en cours) Je répondais à l'agressivité des autres en argumentant, j'essayais de parler calmement et de leur faire comprendre... Et ça a plutôt empiré les chose ^^" donc j'ai commencé à me faire un peu frapper par les garçons de la classe. Rentrée au collèges, des gens que je n'avais jamais vu parlaient dans mon dos, je me faisait insulter, bousculer par les couloirs, j'avais très peu d'amis... La cinquième a été pire, je me faisait frapper régulièrement par un groupe de quatre garçon, qui m'ont également dit qu'ils projetaient de me violer, je me faisait aussi cracher dessus parfois, on n'arrêtait pas de me dire que si je mourrais, tout le monde serait content... Au final, je n'avait vraiment rien fait :/ Les deux premières années, j'en parlais à mes parents, aux adultes des établissement scolaires, mais la troisième année, j'en avais tellement marre, tellement honte d'être aussi faible, j'ai arrêter de parler. Je ne voulais plus causer de soucis à ma famille, je voulais être tranquille... Alors je me suis servie dans les médocs ( ceux avec le joli triangle rouge sur la boite) et je suis allée me coucher comme tous les soirs.

Vous vous doutez que ça n'a pas marché, j'ai seulement été très malade toute une semaine.

La quatrième, je n'avais plus de personnes qui m'avaient fait du mal dans ma classe, ça allait beaucoup mieux. J'ai appris à passer au dessus de tout ça, à répondre. Bref quand je vois mon statut il y a bientôt trois ans, et celui d'aujourd'hui, j'ai peine à réaliser! ^^

Bref. Voila mon historique coté suicide! J'en ai toujours autant honte ><*

Alors ce que j'en pense...

Dans beaucoup de cas, on pense au suicide, on envisage pas la suite. C'est une erreur. Après, quand il n'y a aucun optique de suite, pas de famille, pas d'amis, pas de vie sociale, rien...Je ne saurais comment dire pour y remédier.

A-t-on vraiment envie de vivre quand on se hait/dégoute sois-même?

Je ne peux pas vraiment répondre à cette question. On est JAMAIS seul dans un cas. ça c'est sur. Mais après, il faut trouver les personnes! et ça non plus; c'est pas sur.

Je site Kwuimix:

Tu as dis que tout ce qui nous tué pas nous rendé plus fort. Cette phrase - au même titre que " l'argent ne fait pas le bonheur" - a était prononcé par des personne malchanceuse pour ce remonté le morale au mieux tu te déssenssibilise et tu deviends blasée.

Pour moi, c'est bénéfique de devenir "blasée" :rolleyes: Le suicide ne m'a pas tué, mais il a fait de moi une fille aujourd'hui appréciée, sans "ennemi" véritable ( faut dire que depuis que j'ai baffé une fille devant pas mal de gens, on me laisse tranquille ^^")

Je pense qu'il ne faut pas avoir honte de demander de l'aide à une personne de confiance. Mais d'un coté, j'ai vécu et souffert cette honte. Peut-être que c'est pour cela que je peux le dire ?

Pareil pour les cas qui semblent désespérés, comment faut-il réagir? Là encore mon avis est mitigé :/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vais donner mon point de vu sur cette question pas évidente du tout.

Comment réagir pour les cas désespérés?

1 Si c'est un autre.

Je pense qu'on doit essayer de se mettre à la place de la personne, l'écouté, le conseillé, je pense qu'il faut le forcé à parler.

Moi pour ton cas je pense que j'aurai tout fait pour que "tu te défoule" afin d'évacuer toute ta rage, cette étape franchit j'aurai établi un dialogue avec toi essayé de te connaitre, de te comprendre, te conseiller, je t'aurais surement proposé que tu ailles voir un psy ou quelqu'un qui puisse t'aider (si tu avais voulu j'y serai même y allé avec toi) pour qu'il t'explique que se donné la mort n'est pas une solution.

Puis si après sa tu n'a toujours pas compris je deviendrai "hostile" te montrerai tes 4 vérités, les gens qui t'aiment, qui seraient triste sans toi, je te dirai que la vie est un cadeau, que se suicider, c'est faire preuve de lâcheté que tu fuis tes problèmes, que tu ne les affronte pas, que tu est lâche. Je te montrerai que tu compte pour moi et les gens qui t'aiment.

Et enfin j'irai "discuter" avec les *** qui t'ont rendu comme ça.

Enfin tout les cas sont différents et complexes, il n'y a malheureusement pas de "remèdes miracles".

2 Si c'est moi.

Je me dirai que me suicider c'est fuir.

Je voudrai prouver que je suis le meilleur pour leur montrer qu'ils ont tort.

Je me dirai que je n'ai que de valeur celle qu'on me donne et que c'est des *** (je suis grossier ce soir ^^) qui me la donne je van mieux qu'eux.

Je ne rentrerai pas dans leur jeux car joué seul c'est lassant non?

Puis j'irai voir mes amis, ma famille, ceux qui compte pour moi et je leur demanderai de m'aider (cela me permettra en plus de voir ceux qui m'aiment vraiment)

Mais comme tout à l'heure cela dépend des cas, des gens et de plein d'autres choses...

Enfin être blasé est une solution de court terme, au fond on est quand même malheureux (je le sais j'ai été blasé)

Voilà j'espère avoir répondu a ta question un peu en tout cas et n'ai pas honte, tu as défier la mort tu l'as vaincu, tu est EXTRAORDINAIRE ^^ (mais si tu pouvais éviter de recommencer)

ÉDITION: Je reprend j'ai pas eu le temps hier, donc dire de ne pas se suicidé de la part d'une autre personne est "simple" on ne ressent pas complètement ce qu'il ressent (un peu quand même).

De plus tout les cas sont différents. Et tous ont "une bonne raison".

Mais je pense que le suicide n'est pas ne solution, et que le travail fait pour essayer d'en sortir doit être fait par les deux (le type qui veut se suicider et les gens qui l'aiment), enfin c'est plus facil à dire qu'à faire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça fait plaisir de lire un post comme le tien :)

Tu as parler de se " défouler" et je confirme, j'ai commencé le hand en 4ème, maintenant j'ai en moyenne 11 heures de sport par semaine, ça marche très bien!

Je suis d'accord aussi sur le fait qu'il faut établir le dialogue, et si la personne ne réagit pas ( ce qui est arrivé avec un de mes amis - non suicidaire, mais un peu déprimé - ) un gros coup de poing, tu lui crie un peu dessus, et ça marche . (bon, si possible, évitons la violence, il y en a déja assez dans ce bos monde)

Pour ce qui est de se battre, de vouloir montrer qu'on est le meilleur, c'est vrai. Mais au bout de 3 ans... ^^

Enfin bon, maintenant oui, je me dis que j'ai eu tord, et que les "abrutis" sont ces X personnes que je souhaite oublier, rien qu'à voir ce qu'ils sont devenus( je passe les détails) ça met du temps à venir, mais au final, le combat à payé :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
ça fait plaisir de lire un post comme le tien :)

Tu as parler de se " défouler" et je confirme, j'ai commencé le hand en 4ème, maintenant j'ai en moyenne 11 heures de sport par semaine, ça marche très bien!

Je suis d'accord aussi sur le fait qu'il faut établir le dialogue, et si la personne ne réagit pas ( ce qui est arrivé avec un de mes amis - non suicidaire, mais un peu déprimé - ) un gros coup de poing, tu lui crie un peu dessus, et ça marche . (bon, si possible, évitons la violence, il y en a déja assez dans ce bos monde)

Pour ce qui est de se battre, de vouloir montrer qu'on est le meilleur, c'est vrai. Mais au bout de 3 ans... ^^

Enfin bon, maintenant oui, je me dis que j'ai eu tord, et que les "abrutis" sont ces X personnes que je souhaite oublier, rien qu'à voir ce qu'ils sont devenus( je passe les détails) ça met du temps à venir, mais au final, le combat à payé :)

Ta signature résume tout...^^

Pour ce qui est "d'être le meilleur" je parle pour moi là (ça dépend des gens), petit être le meilleur ne m'intéressait pas sauf que beaucoup de gens ne te juge que par ton rang, j'ai donc voulu être le premier (mais ce 'es pas forcément bien, car a vouloir tout avoir un jour on fini par tout perdre^^)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que le suicide est un peu une forme d'égoïsme. Je ne dis pas sa parce que je n'ai pas connu sa mais c'est plutôt le contraire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Donc pour toi, tous ceux qui se suicident sont égoïstes ? Quelqu'un qui a perdu goût à la vie est un salaud de chercher à s'en extraire, quelques soient les circonstances ?

Prenons même le problème à l'envers : s'il est égoïste de se suicider et dè laisser ses proches, n'est-il pas aussi égoïste de demander à celui qui n'en peux plus de rester pour nous ?

Je tiens à le préciser, ce sont de simples questions, pas mon avis. J'aimerais avoir des réponses avant de le donner.

PS : Sab, je te l'ai déjà dit, mais développe un peu tes messages. Dire juste "c'est égoïste, je le sais parce que je l'ai vécu", ça ne fait pas avancer la conversation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Généralement, les personnes qui décident de se suicider souffrent énormément, à un point que seuls les personnes ayant un jour imaginé/tenté de se suicider peuvent comprendre !

Donc les traiter d'égoïste, c'est franchement moyen...

"Je ne dis pas sa parce que je n'ai pas connu sa mais c'est plutôt le contraire"

En gros, tu as déjà tenté de te suicider ? Tu te traites toi-même d'égoïste ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense qu'en réfléchissant un peu KH4EVER, tu pourras facilement résoudre la contradiction.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui je pense que laisser derriere sois des personnes qui nous aime en mettant fin a sa vie est égoiste. Certes certaines personnes vivent des calvaires tous les jours, mais je pense qu'aucune épreuve est insurmontable. Se suicider c'est oublier les gens autour de toi et mourir sans te dire ce qu'il deviendraient sans toi. Je pense qu'une personne qui se dit que sa vie est trop dur, qu'il subit tous les malheurs du monde, devrait se tourner vers son entourage avant de mettre un terme a sa vie et en les laissant.

Je n'ai pas dis que j'ai essayer de me suicider, je voulais dire que quelqu'un dans ma famille s'est suicidé. C'était un père de famille et parce que sa vie était trop dur il a laisser ces enfants sans père.

Share this post


Link to post
Share on other sites

tu dis qu'il a laissé ses enfants parce que sa vie était trop dure, et que c'était égoïste. Mais tu le dis toi-même, sa vie était trop dure. Alors n'aurait-il pas été égoïste également de le forcer à continuer de la supporter, parce qu'on ne veut pas le perdre ?

(Je tiens à le préciser, je ne veux blesser personne, mais sur ce genre de sujet, faire preuve de tact peut s'avérer difficile)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non je ne pense pas forcer quelqu'un a supporter sa vie est quelques chose d'égoiste. A partir du moment ou on empêche une personne de se suicider, on le fait pour nous ( c'est a dire pour ne pas la perdre) mais aussi pour elle. Je veux dire que l'empecher de commettre cet acte servirai a lui ouvir les yeux. Lui montrer que la vie n'est pas si dure ou qu'elle ne l'est pas que pour lui ou elle.

Et toi, j'aimerai savoir si tu pense qu'une personne qui essaye de sauver une autre personne est égoiste ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'estime que sauver une personne est un acte de bonté si on le fait avant tout pour elle. Si on le fait avant tout pour nous, c'est, par principe, un acte égoïste (ça ne le rend pas mauvais pour autant).

Pour ce qui est de mon avis, j'estime qu'il est parfaitement normal d'empêcher quelqu'un de comettre l'irréparable et, comme tu le dis, c'est lui offrir une chance d'ouvrir les yeux. Cependant, je trouve parfaitement orgueilleux d'estimer que le suicide est un acte égoïste. S'il est, je pense, anormal qu'on puisse en arriver à vouloir mourir, et ce genre de choses veut forcément dire qu'il y a quelque chose qui fonctionne mal quelque part dans la vie de celui qui en arrive à ça, j'estime que de juger cette personne pour avoir fait ça est clairement insultant pour cette personne.

Pour quelqu'un qui a une maladie mortelle et qui ne va pas s'en sortir, c'est un crime de ne pas vouloir souffrir longtemps, sachant qu'il va de toute façon mourir ? Non

Pour quelqu'un qui est sous une épée de Damoclès que ce soit à son boulot ou dans sa vie privée, qui se fait harceler ou menacer de quelque façon que ce soit, c'est un crime de vouloir mettre fin à ça ? Non

Pour quelqu'un qui a perdu presque tout ce qu'il aimait et qui n'arrive pas, après je ne sais combien de temps, à retrouver la moindre trace de bonheur, c'est un crime de vouloir fuir la tristesse.

Et plus généralement, qui peut se permettre de juger quelqu'un sans essayer le comprendre ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui tu as raison personne ne peut essayer de juger quelqu'un sans essayer de le comprendre. Néanmoins cela ne fonctionne pas que dans un seul sens. Je veux dire certes une personne peut avoir une montagne de malheur sur son dos, mais si elle se suicide je suppose qu'elle n'a pas essayer elle même de comprendre ce que penserait son entourage.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Certes, mais si elle en arrive à se suicider, elle n'est peut-être même plus en état psychique dè penser à son entourage.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis un peu dans la même penser que KH4EVER, si les personnes en question pense a ce suicider, c'est qu'ils ont surement un mal être qui les ronges..

Ce n'est que mon avis.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Recadrage

Se prendre comme exemple pour illustrer une idée est une chose, mais il existe déjà un sujet pour discuter de vos problèmes personnels si vous en ressentez le besoin. Le but de ce topic est de débattre sur l'idée du suicide, pas de recueillir des témoignages.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour moi, le suicide est majoritairement... de l'égoïsme, peut-être de l'immaturité et/ou une forme de "folie du moment" (sachant que "le moment" peut durer des semaines voire plus).

Je ne compte pas le "sacrifice volontaire".

Quant à l'euthanasie... Pas vraiment non plus.

De toute façon, c'est du cas par cas.

Pour le moment, le seul suicide que j'accepte, c'est quelqu'un de vieux (donc, qui a vécu sa vie) et qui n'a plus personne au monde (tous morts ou ne voulant plus de contacts).

Ou alors, quelqu'un sur son lit d'hôpital qui ne pourra jamais guérir et qui souffre beaucoup et tout le temps... Dans ce cas-là, s'il veut être euthanasié, je ne considère plus que c'est lui qui est égoïste mais son entourage s'il refuse de lui accorder ça. Mais là, donc, c'est de l'euthanasie.

Je vois les choses simplement : je suis contre la peine de mort en bonne partie parce que j'estime que PERSONNE n'a le droit d'attenter à la vie d'un autre, y compris la sienne. Je réfute les arguments comme "mais c'est ma vie, j'en fais ce que je veux" car :

- techniquement, là, c'est pas "la vie" mais "la mort"

- avec une telle vision, alors, je peux dire que les parents ont tout à fait le droit de mort sur leurs enfants parce que hé, ils leur ont donné la vie !

Le suicide des jeunes est en bonne partie ce pour quoi je trouve que ça peut être "égoïste voire immature"...et je dirais même "stupide" : attenter à sa vie alors qu'elle a à peine commencé... On est trop jeune pour réellement mesurer la portée d'un tel acte. J'y vois aussi une solution de facilité car, d'une certaine manière, c'est "fuir". Enfin, de l'égoïsme de ne pas penser à la peine que ça occasionnera pour les personnes qui nous aiment. Surtout que techniquement, ce sont elles qui souffriront si le suicidaire mène son projet à bien.

Mais ça peut aussi marcher pour genre, un père de famille, qui abandonne donc femme et enfants...

Quand je parle de "folie du moment", c'est parce qu'on entre dans un certain état psychologique qui fait qu'on ne pense pas aux autres... ni à d'autres choses...Mais là, j'ai envie de dire, faut consulter. Je ne dis pas ça avec mépris. C'est simplement ce qu'il me semble le plus logique de faire. Surtout si on en vient à s'emprisonner dans une vision de soi comme quoi "on sert à rien, on manquera à personne, etc".

Je repense au "père de famille" : s'il n'a pas réellement essayé de s'en sortir, s'il n'en a parlé à personne, oui, clairement, il est égoïste d'avoir fait ça, qu'importe sa souffrance. Il est père, il a des responsabilités, c'est tout.

Donc, en gros, je peux dire que je "méprise" le suicide (ce qui ne signifie pas que je "méprise" les suicidés)... Comme je l'ai dit, je ne peux m'empêcher d'y voir beaucoup d'égoïsme et de la lâcheté. Ce que je dis est dur mais en même temps, on a la fâcheuse tendance à mettre de l'affect de partout et surtout sur de tels sujets. Il n'en reste pas moins que c'est aussi "triste" voire "déplorable".

On va peut-être m'accuser de parler de ce que je ne comprend pas (vu que je n'ai jamais songé sérieusement à me suicider)... En même temps, ce n'est pas parce qu'on a vécu la chose que ça signifie qu'on a forcément un point de vue plus juste ou plus clair ou avec "un minimum de recul".

Et aussi... On peut "comprendre" mais ça ne veut pas dire qu'on "approuve". Je digresse très vite fait : je "comprend" le principe de vengeance (genre, machin a tué le frère de truc qui du coup, veut tuer machin parce qu'il trouve que la prison serait trop douce) mais je ne l'approuve pas pour autant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, c'est vrai, je comprend parfaitement ton point de vue. Et je suis parfaitement d'accord pour dire que le suicide est le choix de la facilité. Mais cela reste un choix qu'on est libre de prendre. Avec toutes les mises en garde sur l'avenir, sur les choix à faire, sur les responsabilités à endosser, ça ne donne pas envie de continuer. Et, oui c'est immature de vouloir en finir, mais peut-être que certains ne veulent tout simplement pas grandir...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Donc, en gros, je peux dire que je "méprise" le suicide (ce qui ne signifie pas que je "méprise" les suicidés)... Comme je l'ai dit, je ne peux m'empêcher d'y voir beaucoup d'égoïsme et de la lâcheté. Ce que je dis est dur mais en même temps, on a la fâcheuse tendance à mettre de l'affect de partout et surtout sur de tels sujets. Il n'en reste pas moins que c'est aussi "triste" voire "déplorable".

Je trouve ça ahurissant "d'entendre" ça, tu crois que les gens qui se suicident ou du moins essayent le font de gaieté de cœur ?

C'est un peu facile de juger des gens qui sont au fond du trou quand on est extérieur à leurs malheurs ou leurs maladies (oui la dépression est une maladie). On est pas tous égaux face à notre environnement, certain sont plus fragile que d'autre, n'ont pas grandi dans le même contexte socio-économique ou avec une famille de merde, certain se font jeter dehors par leur famille parce qu'ils sont différent (13 fois plus de suicide chez les ados homos, c'est bizarre non ? Comme quoi les gays c'est vraiment tous des lopettes !) etc... etc...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je trouve ça ahurissant "d'entendre" ça, tu crois que les gens qui se suicident ou du moins essayent le font de gaieté de cœur ?

C'est un peu facile de juger des gens qui sont au fond du trou quand on est extérieur à leurs malheurs ou leurs maladies (oui la dépression est une maladie).

Et voilà, tu mets de l'affect...

Et d'où j'ai dis que les suicidaires faisaient des tentatives par plaisir ?...

Je sais qu'on n'est pas tous égaux mais ça ne change rien : j'y vois quand même une forme de lâcheté, qu'elle soit justifiée ou non. C'est bien joli de mettre du sentimentalisme mais il y a aussi les faits.

Je suis moi-même gay et je trouve que les jeunes gays qui se suicident, c'est "déplorable" mais aussi "idiot". Ils sont jeunes, ils ont la vie devant eux, ils traversent une mauvaise passe et ils décident d'en finir... Et d'une certaine manière, c'est comme s'ils donnaient raison à ceux qui disent que "les homos sont contre-natures, ils ne méritent pas de vivre, etc". Ouais, c'est con de se tuer à cause de ce que tu es alors que tu ne fais rien de mal et que ce sont les autres qui jugent sans savoir, sans comprendre. C'est triste aussi, bien évidemment.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne vois pas en quoi je mets de "l'affect" dans ma réponse.

J’éprouve une certaine empathie pour tous ces gens, j'en conviens, mais quand on parle d'un sujet comme celui-ci je vois as comment faire autrement.

"Et d'où j'ai dis que les suicidaires faisaient des tentatives par plaisir ?"

Nul part d'où ma question, qui était purement rhétorique je te l'accorde.

Oui il y a des faits, et ces faits nous disent quoi ?

Qu'on est pas tous égaux fasse à la dépression;

Que tout le monde n'a pas la possibilité de demander de l'aide;

Que certain sont plus fragile que d'autre;

Que le vécu de chacun est différent;

Que le bouleversement hormonal de l’adolescence n'est pas même pour chacun;

Et on pourrais continué pendant des heures.

Et moi ce que je trouve déplorable c'est de juger des gens quand on est incapable de se mettre à leurs place deux minutes.

Quand tu dis que se suicider c'est égoïste, en soit je suis plutôt d'accord, mais être égoïste c'est ce qu'on fait tous les jours et même si on peut pas dire que c'est bien, c'est difficile de les juger. Et quand tu dis que c'est lâche de se suicider, à tu penser à tous les gens qui ne se sont pas suicider par peur de mourir ? C'est pas une forme de lâcheté aussi ?

Bref tout ça pour dire que quand un mec fait un TS, c'est pas en le tirant sur l'ambulance qu'il va aller mieux, je pense qu’essayer de l'aider et de la comprendre sera plus productif.

Et s'il veut vraiment mourir, et bien rien au monde ne l'en empêchera.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne vois pas en quoi je mets de "l'affect" dans ma réponse.

J’éprouve une certaine empathie pour tous ces gens, j'en conviens, mais quand on parle d'un sujet comme celui-ci je vois as comment faire autrement.

Oui il y a des faits, et ces faits nous disent quoi ?

Qu'on est pas tous égaux fasse à la dépression;

Que certain sont plus fragile que d'autre;

Et moi ce que je trouve déplorable c'est de juger des gens quand on est incapable de se mettre à leurs place deux minutes.

Quand tu dis que se suicider c'est égoïste, en soit je suis plutôt d'accord, mais être égoïste c'est ce qu'on fait tous les jours et même si on peut pas dire que c'est bien, c'est difficile de les juger. Et quand tu dis que c'est lâche de se suicider, à tu penser à tous les gens qui ne se sont pas suicider par peur de mourir ? C'est pas une forme de lâcheté aussi ?

Qui te dis que je ne suis pas empathique et que je ne me met pas "à leur place" ? Ça n'a rien à voir : un acte égoïste et lâche est un acte égoïste et lâche. Circonstances atténuantes ou non.

Je peux "comprendre" mais ça ne change rien. Le fait que mon raisonnement te dérange montre que tu mets de l'affect car tu me donnes des arguments "sentimentaux".

Tu utilises toi-même le mot "fragile", ce qui n'est pas tellement différent de "lâche". Ou, si tu veux, une fragilité qui mène à la lâcheté.

Je sais qu'on n'est pas tous pareil mais là aussi, est-ce que ça change ce que je dis ? Non. Il y a des gens plus enclins à la lâcheté que d'autres, etc.

Ne pas se suicider par peur de mourir est une forme de lâcheté mais au moins, c'est une lâcheté plus "saine" à mon sens.

Est-ce que j'ai dis que si un suicidaire veut faire une tentative, il faut "tirer sur l'ambulance" ? Toujours pas.

Et s'il veut vraiment mourir malgré tout ce qu'on peut lui dire, je maintiens qu'il reste coincé dans sa lâcheté et son égoïsme, voire sa "folie mentale du moment". Ce qui est triste mais aussi con, c'est tout.

Oui, on est tous égoïste. Mais il faut doser, comme toute chose. Et à mon sens, le suicide est une lâcheté/égoïsme/folie mal dosée car trop importante.

Je finirai par ça : moi-même, j'ai eu la chance de vivre dans un bon environnement (au niveau de mon homosexualité). J'estime qu'on ne peut jamais savoir vraiment comment on réagira dans telle circonstances ou si les circonstances avaient été différentes... De ce fait, si j'avais grandi dans un autre climat, un climat nettement moins favorable, qu'aurai-je fait ? Je n'en sais rien. Peut-être aurai-je justement fait des tentatives. Et dans ce cas, je me serais comporté comme un lâche...et un égoïste par rapport aux personnes qui auraient tenues à moi. Même si j'avais eu de "bonnes raisons" pour en venir là.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un être vivant, quelqu'il soit, ne doit sa vie à personne. Elle lui appartient entièrement, et chacun d'entre nous est libre de ses choix.

Je ne vois donc pas en quoi un personne voulant de se suicider est "égoïste" ou "lâche".

Si on arrive jusqu'à vouloir mourir, c'est que la personne est en souffrance extrême. C'est évident, on n'est pas tous égaux face à la dépression, d'autres personnes y seront plus sensibles que d'autres, de part leur histoire, leurs proches, leurs quotidien, leur façon de penser et de réagir aux événements...Certains n'auront pas le courage d'aller jusqu'à ce stade, qui est, je le concède, extrême.

Je parle de courage, et non pas de lâcheté, qui est un mot extrêmement réducteur, car pour moi s'en est bel et bien. Tu crois que le suicide, c'est juste se couper les veines et attendre ? Que c'est sur un coup de tête ? Que la personne souffre parce qu'elle est "faible" ?

Une personne qui se suicide a prit en compte tous les détails de sa vie avant de passer à l'acte. C'est pour lui le seul moyen d'échapper au poids de sa souffrance. Même si la personne souffre énormément, je ne pense pas que le suicide ce soit facile, dans un monde où la mort est source de peur et d'anxiété.

Bien sûr, si une personne veux se suicider, je lui supplierais de réfléchir, d'en parler à moi, à ses proches, à quelqu'un, d'expliquer son choix, j'essaierai de la raisonner. Le suicide est un acte terrible. C'est tout à fait normal.

Mais si il passe à l'acte, même si j'en serais effondrée, je ne dirais pas de lui que c'est un égoïste ou un lâche. Comme le dit Djakirov plus haut, c'est plutôt extrêmement orgueilleux de vouloir choisir à la place d'une personne pour son plaisir personnel, en l'obligeant à garder sa souffrance pour lui.

Après tout, qui est plus à même de juger à part elle ? De quel droit pourrions-nous juger la vie, le ressenti, le degré de souffrance d'une personne ?

Ça me mets hors de moi que l'on puisse juger des inconnus et les salir ainsi avec des mots aussi crus. C'est plutôt ça que je trouve "immature" et "lâche". Voire même répugnant.

Je ne dis en aucun cas que le suicide est normal, et n'incite personne à passer à l'acte. Je trouve ça bien triste de constater que c'est un sujet tabou dans la société, encore aujourd'hui.

Share this post


Link to post
Share on other sites

×